Colorful tiles on the roof of St. Stephen's Cathedral in Vienna

Vienna Media News

You are here:

Infos presse Vienne - Janvier 2022 Faim de Vienne ?

Dans le nouvel hôtel Motto de la Mariahilfer Strasse, le restaurant « Chez Bernard » apporte un petit je-ne-sais-quoi de parisien à ce quartier de Vienne. C’est Bernd Schlacher, propriétaire et lui-même patron du restaurant, qui lui a donné son nom. Il n’y a pas que le restaurant, mais aussi l'hôtel tout entier à être placé sous le thème d’une rencontre entre Vienne et Paris. Le restaurant et son bar se trouvent tout en haut, sur le toit d'un bâtiment historique datant des années 1870. Des coins salons confortables, beaucoup de verdure et, au-dessus du bar, une imposante coupole où de luxuriantes plantes en pot sont suspendues au plafond, tout contribue ici à créer une ambiance hors du commun. La carte est également d'inspiration française. Un établissement qui sert des petits déjeuners aussi bien que des cocktails au cœur de la nuit de la nuit. La terrasse sur le toit ouvrira au printemps 2022.

Tour du monde gastronomique

Un restaurant a également ouvert ses portes dans le tout nouvel hôtel Zola. L'ambiance de bon goût de cet hôtel boutique se reflète dans l'aspect du restaurant, du nom de « Zazatam » : ici, le regard est attiré par des tapisseries colorées représentant des jardins paradisiaques et beaucoup de velours. Le restaurant, situé entre restauration décontractée et cuisine fine, propose une cuisine internationale. Les entrées sont destinées à être partagées entre convives, les plats principaux constituent un voyage autour du monde. On trouve également ici un petit bar.

Un autre restaurant associé à un hôtel figure également parmi les nouveaux venus : début décembre, l'hôtel Gilbert a ouvert ses portes dans le quartier du Spittelberg. Tant à l'extérieur qu'à l'intérieur, le Gilbert est un hôtel très vert - avec une façade végétalisée et des milliers de plantes en pot en guise de décoration intérieure. La brasserie de l'hôtel Gilbert, qui doit également devenir une oasis verte, s'appelle donc « &flora ». L'accent est mis sur une cuisine orientale durable, végétarienne et même végane.

De la France au Zimbabwe en passant par la Grèce

La « Brasserie Casino Zögernitz » est un régal pour les yeux. L'architecte d'intérieur Denis Košutić a su donner au nouvel établissement du restaurateur Marco Simonis un style très coloré, très sauvage. Beaucoup de marbre, des sièges aux couleurs bariolées, des néons multicolores dessinant des cœurs et des palmiers au plafond. Côté cuisine, on mise sur la France, associée ici à des accents viennois. La brasserie Casino Zögernitz se trouve dans un ensemble Biedermeier construit en 1837 par Ferdinand Zögernitz, en un lieu où Johann Strauss faisait autrefois vibrer les clients au son de ses valses. Le bâtiment a été rénové au cours des dernières années et ouvrira ses portes en tant que « House of Strauss » à l'été 2022. La pièce maîtresse en est une salle de musique historique. La brasserie est déjà ouverte depuis juin 2021.

L'un des plus anciens restaurants grecs de Vienne a changé de gérant cette année et se présente désormais sous l’étiquette hellenic fine dining. « Der Grieche » est synonyme de cuisine grecque contemporaine, loin du tout-venant traditionnel. C’est d’ailleurs le grand chef Gikas Xenakis (du restaurant Aléria à Athènes) qui en a parrainé le concept gastronomique. Le résultat est impressionnant. Dans ce restaurant raffiné, on ne sert pas de stéréotypes grecs, mais on élargit son horizon culinaire.

« Belly of the Beast » propose un concept culinaire passionnant, en l’occurrence un mélange de cuisines autrichienne et zimbabwéenne. Belly of the Beast se distingue avant tout par un choix de plats de légumes créatifs et parfaitement réalisés. Le chef Marvin Mudenda, qui gère le restaurant avec ses deux frères et sœurs, prouve ici son savoir-faire et met l'accent sur le concept farm-to-table, qui associe directement producteurs et consommateurs. Les ingrédients sont ici biologiques et régionaux. Au choix : deux menus dégustation différents, dont un assortiment de viande.

Pleins feux sur l’Autriche

Avec Stadler & Thomas, deux grands cuisiniers, amis de longue date, ont récemment réalisé leur rêve d'ouvrir leur propre établissement. Dans leur restaurant de la Burggasse, dans le VIIe arrondissement, ils misent sur une cuisine autrichienne et méditerranéenne de haut niveau, servie dans un décor minimaliste. 

« Die Sattlerei » avait déjà ouvert ses portes au cours du dernier confinement en tant qu’épicerie proposant des plats à emporter. Maintenant, on y trouve un restaurant. La Heinestrasse, dans le IIe arrondissement, est un endroit un peu inhabituel pour un restaurant gastronomique de cette classe, mais il vit du contraste. Bien que le chef Lewis Emerson soit anglais, l'accent est mis sur une cuisine bien autrichienne (à l'exception du petit-déjeuner d'inspiration british). Die Sattlerei est une entreprise familiale pour laquelle durabilité et produits biologiques jouent un rôle prépondérant.

L'ancienne auberge Sagmeister a été reprise et rouverte avec un élan nouveau sous le nom de « 575 Sagmeister ». Au programme figure une cuisine viennoise classique avec une bonne dose de modernité. Le 575 Sagmeister allie d’ailleurs avec bonheur l'ancien et le nouveau, comme ce mobilier  de l'auberge datant des années 1970, qui a été en partie conservé et mis en valeur avec humour.

Les nouveautés du Prater

Au Prater aussi, bien des choses ont changé. Comme l'ancien Eisvogel, sur la place de la Grande Roue, qui est devenu le restaurant « zum Praterzauber ». L'accent est mis sur les classiques viennois et les plats de poisson, mais on y sert également des spécialités internationales. Sa cave de maturation pour la viande est unique à Vienne.

C’est à deux pas de là que le café « Ponykarussell » a ouvert ses portes. Installé dans un magnifique bâtiment à coupole datant de 1887, le Manège aux Poneys était autrefois pour les enfants une attraction incontournable du parc d’attractions du Prater. Après le départ des poneys en 2016, un charmant café a été ouvert ici. Des peintures murales représentant des animaux sauvages et des plantes exotiques en ornent la coupole, et on a également intégré beaucoup de verdure. L'orgue Molzer, qui trône au beau milieu de la salle, nous ramène aux jours anciens du Prater.

Rose sur la Stephansplatz, ou bien vert dans la Mariahilfer Strasse

La filiale du café-pâtisserie Aida de la Stephansplatz n'est pas nouvelle, mais elle a fait peau neuve. Cette entreprise traditionnelle viennoise est installée à cet endroit depuis 1959. Après d'importants travaux de rénovation, elle se présente depuis fin octobre dans une merveilleuse tonalité rose, la couleur emblématique de l'entreprise, et se met en scène à travers un design rétro tout ce qu’il y a de plus réussi. Sur deux étages, on peut à nouveau se régaler sans retenue, avec une vue imprenable sur l'animation de la Stephansplatz.

La « Stadtallee » a ouvert ses portes début novembre dans une cour intérieure tranquille de la Mariahilfer Strasse, une rue très animée de la ville. Cet établissement fait partie d'une entreprise de restauration qui regroupe « Die Allee » au Prater de Vienne et « Blumenwiese » sur le Canal du Danube, couvrant un éventail culinaire qui va du petit-déjeuner à la cuisine viennoise et aux cocktails, en passant par des grillades, des steaks et des burgers. On s'assied, environné de plantes, dans un jardin d'hiver lumineux qui peut également être ouvert en été. Idéal pour faire une pause après le shopping. Un cocktail-bar devrait suivre en 2022.

Des bars à cocktails sympas

Ces bars à cocktails ont déjà ouvert leurs portes à Vienne : le légendaire Barfly's Bar fait son retour dans le nouvel hôtel-boutique Josefine. Ce bar était déjà connu dans la ville lorsqu'il était encore situé dans l'ancien hôtel Fürst Metternich. Après la fermeture et la rénovation de ce dernier, le Barfly's a dû faire une pause. Aujourd'hui, il est de retour dans un tout nouveau décor. Des tabourets et des canapés recouverts de velours, beaucoup de laiton, des murs en marbre vert et de grands miroirs évoquent un bar dans lequel Gatsby le Magnifique aurait parfaitement trouvé sa place.

C’est dans l'ancien Reiss Bar que Roberto Pavlović a ouvert son troisième Roberto American Bar. Beaucoup de marbre, un lustre rouge pompeux et une carte de cocktails aussi épaisse qu'une bible, d'où le nom de Barbibel, en sont les caractéristiques. Le hit de la maison est le cocktail Lobmeyr à 45 euros, l'un des cocktails les plus chers de Vienne. Rendu limpide par la technique du milk washing, il est infusé au champagne et servi avec style dans un « Candy Dish » réalisé par Lobmeyr d'après un dessin d'Oswald Haerdtl datant de 1925.

Cocktails et grooves électro font de « Hannelore » le dernier en date des bars à cocktails de la ville. De nombreuses plantes vertes, des décorations murales florales et un mobilier aux surfaces veloutées savent créer dans la Dorotheergasse une atmosphère toute particulière de jardin d'hiver. Le grand arbre qui trône au milieu du bar ne fait certes pas d'ombre, mais il vient renforcer l'image de verdure qui émane des lieux. Plus de vingt-quatre sortes de gin peuvent être dégustées ici, accompagnés de petits snacks concoctés par la cuisine maison.

Un bar à champagne a ouvert ses portes dans un ancien atelier du VIe arrondissement. Le « Champagne Garden » se fait particulièrement remarquer, surtout en été, à travers son jardin idyllique situé dans une cour intérieure. S’il se veut avant tout bar de jour, on y trouve également des dégustations et une boutique de champagne où l'on peut acheter les meilleurs crus.

Adresses :

Contact

Office de Tourisme de Vienne
Florian Wiesinger
Relations Médias
tél. (+ 43 1) 211 14-362